Artistes locaux

Emile Bouillot et l’école des arts d’Ixelles | Emile Bouillot en de kunstschool van Elsene

Ixelles : son musée, ses galeries d’art, ses ateliers d’artiste, … et son école des arts. C’est grâce à des subsides de la province et de l’État que le Conseil communal décide la création, le 30 juin 1863, de ce qui s’appelle alors l’ « École de dessin et de modelage », premier établissement du genre dans les faubourgs de Bruxelles. Et si elle ne bénéficiait pas du prestige de l’Académie des beaux-arts de Bruxelles, elle a toutefois formé des générations d’Ixellois aux différentes pratiques artistiques – dont quelques noms connus tels que Franz Seghers – et a probablement suscité de nombreuses vocations.

Elsene: haar museum, haar kunstgalerijen, haar kunstenaarsstudio’s, … en haar kunstacademie. Dankzij de subsidies van de provincie en de staat besliste de gemeenteraad op 30 juni 1863 de « School van tekenen en modellering », de eerste in zijn soort, op te richten in de buitenwijken van Brussel. Hoewel de school niet hetzelfde prestige genoot als de Academie voor Schone Kunsten van Brussel, trainden vele generaties Elsenaars er zich in verschillende artistieke praktijken – waaronder enkele bekende namen zoals Franz Seghers – en vonden velen er waarschijnlijk hun roeping.

[Projet de règlement de l’école de dessin et de modelage (dans Le Messager d’Ixelles), 1863, Collection des périodiques de presse, Archives de la commune d’Ixelles | Project van reglement voor de kunstschool (in Le Messager d’Ixelles), 1863, Perscollectie, Gemeentearchief van Elsene]

 

Les débuts de l’école sont modestes : elle ne bénéficie de l’expertise que de deux professeurs – son directeur Émile Bouilliot et Pierre Dunion, professeur de modelage – et occupe les locaux précaires de l’ancienne école communale, au croisement de la rue Mercelis et de la rue des Champs-Elysées. Cela n’empêchera pas Guillaume Geefs, statuaire du Roi et membre du jury de l’école, de se dire « très satisfait des résultats obtenus en si peu de temps », et ce à la fin de la première année d’existence de l’école.

De school kent een bescheiden debuut: het kan slechts rekenen op de expertise van twee professoren – de directeur Émile Bouilliot en Pierre Dun ion, leraar modellering – en bezet het precaire gebouw van de voormalige gemeentelijke school, op het kruispunt van de Mercelisstraat en de Elyzeese Veldenstraat. Dit neemt niet weg dat Guillaume Geefs, beeldhouwer van de koning en lid van de schooljury, op het einde van het eerste schooljaar « zeer tevreden is met de resultaten verkregen in zo’n korte tijd ».

Émile Bouilliot, qui fut directeur de l’établissement de 1863 à 1899, fut choisi parmi le large panel de peintres qu’abritait la commune. Il habitait d’ailleurs rue Godecharle, où avaient leur atelier le peintre Dillens – futur professeur de l’école des arts – et bien d’autres artistes encore. Bouilliot n’est ni le plus connu ni le plus prolifique des peintres. Il se démarquera cependant par la détermination avec laquelle il développera l’École des arts d’Ixelles, mais aussi le Cercle artistique local, rebaptisé après sa mort « Cercle Émile Bouilliot ».

Émile Bouilliot, directeur van de school van 1863 tot 1899, werd gekozen uit het grote aanbod van schilders in de gemeente. Hij woonde trouwens in de Godecharlestraat, waar de schilder Dillens – toekomstige leraar van de kunstacademie – en nog vele andere kunstenaars hun atelier hadden. Bouilliot is noch de bekendste, noch de meest productieve schilder. Hij zal echter opvallen door de vastberadenheid waarmee hij de kunstschool van Elsene, maar ook de lokale kunstcirkel, zal ontwikkelen.

[Photographie de l’École des arts industriels et décoratifs, 1899, Archives privées Michel Hainaut (n° 395), Archives de la commune d’Ixelles | Foto van de kunstschool, 1899, Privéarchief Michel Hainaut (nr 395), Gemeentearchief van Elsene]

 

Après un premier déménagement en 1867 dans les locaux de l’école n°1, dont l’entrée se fait par la rue du Viaduc, l’établissement se trouve à nouveau à l’étroit au début des années 1880 avec plus de deux cents élèves. On profite alors de l’espace laissé vacant par le départ de l’orphelinat de la rue Sans-souci pour offrir enfin à l’école un refuge convenable.

Na een eerste verhuis in 1867 naar de gebouwen van de School Nr. 1 (met ingang langs de Viaductstraat), is het instituut in het begin van de jaren 1880 opnieuw te klein voor de meer dan tweehonderd ingeschreven studenten. Men maakt dankbaar gebruik van de ruimte van het vrijgekomen weeshuis in de Sans Soucistraat, om de school een geschikte locatie te bieden.

Le bâtiment est rapidement réaménagé au cours de l’année 1884, et rebaptisé à l’occasion de son installation dans ses bâtiments définitifs en tant qu’ « École des arts industriels et décoratifs ».

In 1884 wordt deze definitieve eindbestemming gerenoveerd en omgedoopt tot « School voor Industriële en Decoratieve Kunsten ».

[Plan d’appropriation de l’ancien orphelinat, 1884, Archives de l’architecture, Archives de la commune d’Ixelles | Inrichtingplan van het voormalige weeshuis, 1884, Archief van architectuurdienst, Gemeentearchief van Elsene]

 

Son développement s’accélère alors, de sorte qu’au début du XXe siècle, ce sont près de cinq cents élèves qui fréquentent ses cours. L’offre de ceux-ci s’est d’ailleurs également diversifiée : dessin, architecture, modelage, histoire de l’art, aquarelle, peinture décorative, perspective, … parmi les professeurs figurent de nombreux artistes à la notoriété bien établie au niveau local : Gustave Dillens, Jean-Baptiste Meunier (frère de Constantin Meunier), Jean Mayné, Pierre Logelain, Antoine Pompe…

De school evolueert daarna snel : aan het begin van de twintigste eeuw wonen bijna vijfhonderd studenten de lessen bij. Ook het aanbod wordt diverser : tekenen, architectuur, modellering, kunstgeschiedenis, aquarel, decoratieve schilderkunst, perspectief, … en vele professoren zijn bekende, lokale kunstenaars : Gustave Dillens, Jean-Baptiste Meunier (broer van Constantin Meunier), Jean Mayne, Pierre Logelain, Antoine Pompe…

[Programme des cours de l’École des arts, s.d., Archives privées Michel Hainaut (n° 395), Archives de la commune d’Ixelles | Schoolprogramma, z.d., Privéarchief Michel Hainaut (nr 395), Gemeentearchief van Elsene]

 

Le bâtiment de l’école en lui-même mérite que l’on s’y attarde. De style néo-renaissance flamande, il se distingue fortement de l’école n°2 voisine, sobrement construite dans le style néoclassique. L’architecte communal de l’époque, Louis Coenraedts, avait en réalité soumis un premier projet pour l’orphelinat, projet qui s’accordait en tous points avec le courant néoclassique de l’époque. On ne sait pour quelle raison celui-ci fut rejeté par le Conseil, qui lui préféra donc un second projet de Coenraedts.

Het schoolgebouw zelf verdient onze aandacht. Haar Vlaamse neo-renaissance stijl is het heel anders dan de nabijgelegen School Nr. 2, sober gebouwd in neoklassieke stijl. De toenmalige communistische architect, Louis Coenraedts, had in feite een eerste project voor het weeshuis ingediend, een project dat in alle opzichten overeenkwam met de neoklassieke stroming van die tijd. Het is niet bekend waarom het werd verworpen door de Raad, die dus de voorkeur gaf aan een tweede project van Coenraedts.

[Plan de façade d’un projet non retenu pour l’orphelinat, 1873, Archives de l’architecture, Archives de la commune d’Ixelles | Gevelplan van het weeshuis (niet geselecteerd project), 1873, Archief van architectuurdienst, Gemeentearchief van Elsene]

 

[Plan de façade de l’orphelinat, vers 1874, Archives de l’architecture, Archives de la commune d’Ixelles | Gevelplan van het weeshuis, rond 1874, Archief van architectuurdienst, Gemeentearchief van Elsene]

 

Pour aller plus loin – Lees meer: http://www.artdesannonces.com/images/ebooks/ecole%20des%20arts%20dixelles.pdf

Laisser un commentaire