Commune d’Auderghem

Histoire

L’histoire d’Auderghem pendant l’Ancien Régime est dominée par la Forêt de Soignes, les prieurés de Val Duchesse (fondé en 1262) et du Rouge-Cloître (fondé en 1336), et le village de Watermael dont la commune était elle-même un hameau. Le village s’est développé après la construction des chaussées vers Wavre et Tervuren, respectivement en 1726 et 1749. La population est passée d’environ 600 habitants en 1748 à quelque 1600 pendant les années 1860.

La commune d’Auderghem a été fondée en 1863. Si une certaine activité industrielle s’est développée dans le courant du XIXe siècle, la commune a néanmoins gardé son caractère campagnard et « vert ». De nombreuses familles bourgeoises y ont construit d’énormes hôtels particuliers. Les environs du Rouge-Cloître et la forêt de Soignes ont inspiré les artistes qui y ont résidé aux XIXe et XXe siècles. Dans le courant du XXe siècle, la commune est devenue un faubourg résidentiel. La population est passée de 7520 habitants en 1910 à 27.600 en 1961 et 33.000 en 2017.

Collections

Les archives historiques de la commune sont conservées à la maison communale. Parmi celles-ci, on peut citer:

  • Les registres du Collège et du Conseil communal (depuis 1863).
  • Les registres de l’état civil (depuis 1863).
  • Les archives de l’urbanisme.
  • Les archives du personnel.
  • Les archives des finances.
  • Les archives concernant les étrangers.
  • Les archives des élections.
  • Les archives de la milice (1902-1986), avec des dossiers des Première et Seconde guerres mondiales.
  • Les archives de l’enseignement.
  • Les archives de la culture.
  • Les archives de la voirie et des travaux publics.
  • Les archives de la police.

 

 

Gestion, conservation et numérisation des archives

La commune d’Auderghem n’a jamais été dotée d’un service d’archives. Les archives de la commune ont été classées et inventoriées en 1970 par l’Association des Villes et des Communes. Les archives ont été stockées dans la cave selon le principe du rangement continu, c’est-à-dire qu’elles ont été mises dans les rayonnages par ordre d’arrivée. Elles ont été conditionnées dans des boîtes de “La Charte – De Keure”, numérotées en continu en commençant par 1. Les numéros ont  été attribués aux boîtes et non aux unités archivistiques. Les boîtes ont été étiquetées et pourvues d’une description du contenu. Un inventaire a été dressé en même temps. Dans une colonne séparée de l’inventaire, les unités archivistiques sont identifiées à l’aide d’un code de la Classification nationale décimale, mais les archives n’ont – heureusement – pas été classées matériellement d’après ces codes. Les années suivantes, et ce jusqu’en 1990, le classement et l’inventaire ont été mis à jour en suivant le plan de classement qui avait été établi en 1970. En 2011, un représentant des Archives de l’État a reçu un inventaire avec 6021 articles, dont un double est également conservé à la commune.

Depuis 2012, les procès-verbaux du Collège et du Conseil sont réalisés de façon numérique pour être conservés dans une application électronique de gestion documentaire.

Le service de l’urbanisme fait des scans des permis de bâtir et des plans à la demande et en conserve ensuite une copie numérique. Au début de 2017, plus de 16.000 dossiers étaient déjà numérisés.

Documentation et autres dépôts d’archives

Les archives des prieurés de Val Duchesse et du Rouge-Cloître sont conservées aux Archives de l’État à Bruxelles. Pour l’histoire de la forêt de Soignes à l’Ancien Régime, on peut consulter les archives de la foresterie, qui jugeait entre autres tous les délits commis dans la forêt.

Étant donné qu’avant 1863 Auderghem n’était pas encore une commune administrativement autonome, les recherches relatives à cette époque doivent être menées dans les archives des greffes scabinaux et de la commune de Watermael-Boitsfort.

De 1802 à 1846, Auderghem était du ressort de la Justice de Paix d’Uccle et ensuite de celle d’Ixelles (jusqu’en 1913) et du premier canton d’Ixelles (à partir de 1913). Depuis 1888, le Conseil prud’homal d’Ixelles était compétent pour les litiges à Auderghem. Comme la commune faisait partie de l’arrondissement judiciaire de Bruxelles, le Tribunal de Première instance de Bruxelles, le Tribunal de Commerce et la Cour d’Appel de Bruxelles y étaient compétents. Les archives de ces juridictions sont conservées aux Archives de l’État à Bruxelles.

Les Archives générales du Royaume conservent les archives et la collection d’Augusta Maes. À partir de 1955, Augusta Maes habitait Auderghem, dans la maison du meunier près du Rouge-Cloître. Elle était très active dans la vie culturelle de la commune, qui a régulièrement fait appel à elle pour co-organiser des expositions sur l’histoire de la commune.  Ses archives personnelles contiennent de la documentation sur la commune d’Auderghem ainsi que des documents sur les prieurés de Val-Duchesse et du Rouge-Cloître, le Conseil de Défense des Sites historiques d’Auderghem (1960-1988), et du ‘Raad van de Dry Borren/Conseil des Trois Fontaines’ (1973-2001). On y trouve aussi des documents relatifs à des expositions et des célébrations qui ont été organisées à Auderghem dans les années 1960, 1970 et 1980.

Bibliographie sélective

  • Auderghem Oudergem 1863-1988, 1988.
  • CARNIER M., Inventaris van het archief en de verzameling Augusta Maes, Archives générales du Royaume à Bruxelles (sous presse).
  • MAES A., Rouge-Cloître. Son domaine foncier, ses revenus, ses charges, Bruxelles, 1992.
  • DE MEYER-DESPY A., GADEYNE G., « Oudergem », dans HASQUIN H., Gemeenten van België. Geschiedkundig en administratief-geografisch woordenboek, 2. Vlaanderen-Brussel, Bruxelles, 1980, p. 1353-1355.
  • Auderghem à la carte, Bruxelles, 2012.

Informations supplémentaires

  • Adresse: [maison communale] Rue Émile Idiers 12 – 1160 Bruxelles.
  • Téléphone: 02/676.48.11
  • Site web de la commune: lien

 

 

Harald Deceulaer – Archives de l’État © Tous droits réservés