Commune de Ganshoren

Histoire

Jusqu’en 1841, Ganshoren était un hameau de Jette. Le village faisait partie d’une seigneurie depuis 1555. À la fin du XVIe siècle, Ganshoren était sous l’autorité de la famille de Taxis, qui a réuni le village, avec Jette, dans la seigneurie les Rivières. En 1628, celle-ci est devenue la propriété du juriste François Van Kinschot, trésorier général, membre du Conseil d’État et chancelier du Brabant. Van Kinschot avait des droits en tant que suzerain de la cour féodale de Ganshoren et du fief des Rivières. Sous le règne de son fils, François Van Kinschot II, le domaine est devenu une baronnie en 1654 et un comté en 1659. En 1709, Ganshoren avait 160 habitants, dans les années 1840 ils étaient un bon millier, 2872 en 1910 et finalement 15 à 20.000 dans les années 1960 et 1970. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les habitants vivaient surtout de l’agriculture, de la culture maraichère et de l’élevage. Ganshoren est devenue une commune à part entière en 1841. Elle a longtemps gardé son caractère campagnard et néerlandophone.

Collections

L’état civil et les procès-verbaux du conseil communal sont disponibles à partir de 1842. Les comptes communaux, quant à eux, remontent à 1875. Il y aussi des permis de bâtir à partir de la fin du XIXe siècle et des dossiers de commodo et incommodo à partir de 1945.

 

 

Gestion, conservation et numérisation des archives

Les archives de la commune sont conservées à la maison communale au n°140, avenue Charles Quint et dans un dépôt situé sur la même avenue. Les archives se trouvent dans des rayonnages mobiles en métal, conditionnées dans des boîtes (qui ne sont toutefois pas du type « non acides »). Comparées à celles d’autres communes bruxelloises plus grandes, les archives de Ganshoren ont un volume plutôt limité. Il n’y a pas d’archiviste de service, ni un inventaire ni une méthode systématique de classement. Les différents services ont accès au dépôt d’archives dans la cave de la maison communale et ils y ajoutent régulièrement des archives. Les archives sont à peu près groupées par service et les intitulés des étiquettes et des boîtes permettent d’identifier plus ou moins (des parties) des archives.

 

 

Ayant pris contact avec la commune en 2015, les Archives de l’État ont appris que les services communaux avaient beaucoup de questions sur la gestion archivistique.  C’est pourquoi une enquête a été tenue auprès des différents services. Les réponses nous ont appris que de grandes incertitudes subsistent quant à la méthode ou la procédure à suivre. La loi sur les archives et les tableaux de tri pour les archives communales étaient pour ainsi dire inconnus. L’enquête a également révélé que des archives sont parfois éliminées sans l’autorisation des Archives de l’État. En effet, entre 1979 et 2008, les justificatifs des comptes communaux ont régulièrement été éliminés avec l’autorisation des Archives de l’État, mais après 2008, l’établissement n’a plus reçu de demandes d’élimination d’archives de la part de la commune.

En septembre 2016, les Archives de l’État à Bruxelles ont organisé une formation sur la gestion archivistique destinée aux chefs de service de la commune. Dans la foulée de cette formation il a été décidé de recruter une personne dans le cadre d’un projet temporaire afin qu’elle visite les différents services pour dresser un état de la question en matière d’archives. En même temps, la commune a laissé entendre qu’elle est disposée à collaborer au projet ‘Open Data’ de la Région bruxelloise.

En terme de numérisation et pour les documents très récents, la commune utilise la plateforme Editoria du centre informatique de la Région bruxelloise afin de pouvoir publier les documents devant être mis à la disposition du public :

  • Budgets, comptes et rapports annuels
  • Ordres du jour et procès-verbaux du conseil communal
  • Programme, politique générale
  • Questions, motions, interpellations des conseillers municipaux
  • Règlements communaux
  • Règlements sur les redevances et impôts

Documentation et autres dépôts d’archives

Étant donné que Ganshoren n’était pas encore une commune administrativement autonome avant 1841 les recherches relatives à une période antérieure à cette date doivent être menées dans les archives des greffes scabinaux ou de la commune de Jette.

Entre 1841 et juin 1849, Ganshoren était du ressort de la Justice de paix d’Anderlecht. Le 20 juin 1849 la Justice de paix de Molenbeek-Saint-Jean est devenue compétente pour Ganshoren, et à partir du 8 juin 1896, c’était celle de Laeken. En 1921 la compétence sur Ganshoren était de nouveau reprise par Molenbeek-Saint-Jean. La commune faisant partie de l’arrondissement judiciaire de Bruxelles, le tribunal de première instance, le tribunal de commerce et la Cour d’Appel de Bruxelles sont donc compétents. Les archives de ces juridictions sont conservées aux Archives de l’État à Bruxelles.

Le musée communal du comté de Jette, situé à l’abbaye de Dieleghem, conserve une importante documentation et une collection bibliothécaire à propos de l’histoire de la région.

En 2003 le centre de la communauté néerlandophone « De Zeyp » a mis sur pied un centre de documentation sur le passé de Ganshoren et de ses habitants. Le projet a été basé sur les archives conservées à « De Zeyp », et des photos ont été collectées auprès du public. Les magazines ‘Samen te Ganshoren’, ‘Zeyp krant’, et ‘Ganshoren ingezoemd’ ont été numérisés et mis en ligne sur le site internet (lien).

Bibliographie sélective

  • Ganshoren à la carte, Bruxelles, 2014.
  • LELOUTRE G., LIONNEZ H., Ganshoren entre ville et nature, Bruxelles, Ville d’Art et d’Histoire n° 52 , Ministère de la Région Bruxelles-Capitale, Bruxelles, 2013. Disponible en ligne via le site internet patrimoine.brussels
  • DE MEYER-DESPY A., DESPY G., Ganshoren, dans HASQUIN H., Gemeenten van België. Geschiedkundig en administratief-geografisch woordenboek, 2. Vlaanderen-Brussel, Bruxelles, 1980, p. 1345-1346.
  • VAN DEN HAUTE R., VAN BELLINGEN R., Jette et Ganshoren à travers les âges, Bruxelles, 1975.

 

Informations supplémentaires

  • Adresse: [maison communale] Avenue Charles Quint 140 – 1183 Bruxelles
  • Téléphone: 02/465.12.77.
  • Mail: ganshoren@ganshoren.irisnet.be
  • Site internet de la commune: lien

 

Harald Deceulaer – Archives de l’État © Tous droits réservés