Hors série

1921 – 2021 : 100 ans de vies « Communes »

Il y a un siècle précisément, les communes de Laeken, Haren et Neder-Over-Heembeek sont annexées à la Ville de Bruxelles. Cette annexion est établie par la loi du 30 mars 1921 qui a pour objet l’agrandissement de la Ville de Bruxelles, en vue de l’extension des installations maritimes (publiée au Moniteur Belge le 2 avril 1921). L’annexion allait avoir un impact significatif sur le paysage urbain, sur l’administration, mais aussi sur les habitants de ces trois communes.

[Vue aérienne du quartier Bockstael et de l’Hôtel Communal de Laeken, photographie, [1907], collection iconographique (C-15598), Archives de la Ville de Bruxelles]

[Plan parcellaire de la commune de Neder-Over-Heembeek avec les mutations et le canal, plan, [1866], section cartographique (Plan de Bruxelles n°81), Archives de la Ville de Bruxelles]

[Vieille ferme à Haren, carte postale, [s.d.], collection iconographique (W-5551), Archives de la Ville de Bruxelles]

 

En tant que communes indépendantes, Laeken, Haren et Neder-Over-Heembeek disposaient de tous les services administratifs indispensables à leur bon fonctionnement. Les élections communales du 24 avril 1921 ont permis de fusionner les administrations. Le Bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Adolphe Max est devenu bourgmestre de l’ensemble du nouveau territoire. Celui-ci a été divisé en deux districts : le premier comprenait la Ville de Bruxelles dans son ancienne entité, le deuxième était constitué par les territoires annexés. Le nombre d’échevins et de conseillers communaux a été augmenté, engendrant des aménagements de la salle du conseil communal dont les bancs ne pouvaient accueillir l’ensemble des membres. La fusion a posé plus de problèmes pour les fonctions administratives. Certains postes des communes annexées ont été supprimés, les membres du personnel nommés ont été repris dans un cadre spécial et le personnel ouvrier en service a été assimilé au personnel administratif.

[Accroissement du territoire 1830-1948, plan, [1948], collection cartographique (plan de Bruxelles n°149), Archives de la Ville de Bruxelles]

 

Grâce à l’annexion, la Ville a pu poursuivre vers le nord l’extension de son territoire qu’elle avait déjà initiée au 19e siècle. Cette intégration de 2255 ha de territoires a été le plus important accroissement qu’ait connu Bruxelles. L’objectif de ces annexions visait à bénéficier de l’exploitation du Canal de Willebroeck et à l’établissement d’un port maritime au nord de Bruxelles.

[Nouveau pont ferroviaire (canal de Willebroeck, à hauteur du Quai des Usines) à Laeken, carte postale, [1903-1904], collection iconographique (W-4412), Archives de la Ville de Bruxelles]

[Canotiers sur le canal de Willebroeck, débarquant à l’Allée Verte, à Laeken, photographie, [vers 1890], collection iconographique (F-3575), Archives de la Ville de Bruxelles]

 

Outre la suppression des maisons communales et le remodelage des divisions de police, les citoyens de ces faubourgs ont vu leurs services administratifs se déplacer vers le cœur de la Capitale. Les changements intervenus dans l’organisation de la vie publique ont également été nombreux: diminution du nombre de passages pour l’enlèvement des immondices, augmentation des taxes communales, etc. Tout cela a suscité un grand mécontentement. Un autre bouleversement majeur a été le changement rapide de près de la moitié des noms de rues, décidé en 1922 par le Collège échevinal de Bruxelles afin de supprimer les dénominations faisant double emploi avec les rues de la Capitale.

[Pétition adressée par un groupe d’habitants de Laeken aux bourgmestre et échevins de la Ville de Bruxelles, pétition, 18 juin 1921, Cabinet du Bourgmestre (422), Archives de la Ville de Bruxelles]

 

Envie d’en savoir plus ? Visitez le site web des Archives de la Ville de Bruxelles : Laeken, Haren et Neder-Over-Heembeek | Archives de Bruxelles et celui de la Ville dédié à ce centenaire : 100 ans de vies « communes » | Ville de Bruxelles (100ansdeviescommunes.be)

 

© Archives de la Ville de Bruxelles – Tous droits réservés

2 thoughts on “1921 – 2021 : 100 ans de vies « Communes »”

Répondre à Joël Goffin Annuler la réponse.