Lieux de culte et cimetières

L’église Saint-Lambert à Woluwe

Le site de l’église Saint-Lambert est caractéristique des noyaux villageois anciens de nos régions : établi à flanc de colline, à proximité de la Woluwe, il permettait aux habitants de bénéficier d’une position de défense tout en disposant d’eau. L’installation en hauteur évitait d’être confronté à l’insalubrité et aux inondations. Enfin, son implantation, au carrefour de quatre anciens chemins mettait Woluwe-Saint-Lambert en communication directe avec les villages environnant : Woluwe-Saint-Pierre et Auderghem, Saint-Josse et Schaerbeek d’une part, Etterbeek et Bruxelles d’autre part. Evere d’une part, Woluwe-Saint-Etienne et Kraainem d’autre part, Stockel et Wezembeek.

Les origines

Les origines du centre paroissial sont nébuleuses mais il est, par contre, certain que les chanoines ont détenu le pouvoir spirituel à Woluwe-Saint-Lambert du milieu du XIe siècle jusqu’en 1796.

La maison des comtes de Louvain, devenue par la suite ducale, a été la détentrice primitive des terres de la région. A partir du XIe siècle, elle est à l’initiative, du développement agricole, du défrichage et de l’installation de communautés de villageois. Ce domaine sera fragmenté suite à l’inféodation de seigneurs laïcs d’une part et la cession de terres à des institutions religieuses d’autre part (abbayes de Forêt et de Park).

Les chanoines possèdent l’église Saint-Lambert dès la fin du XIIe siècle. Un document de 1328 définit en outre les possessions et droits très étendus du chapitre à Woluwe: nomination du curé, perception de la majeure partie des dîmes, dont une portion non négligeable est attribuée au curé, produit des offrandes Ils disposent également de neuf bonniers de terre arable. Notons qu’à partir de 1187, l’abbaye de Forest perçoit également une dîme à Woluwe- Saint-Lambert.

Initialement, la paroisse de Woluwe-Saint-Lambert était limitée, en gros, à la rive gauche de la Woluwe. La rive ouest, quant à elle dépendait de la paroisse de Woluwe-Saint-Pierre. Toujours est-il que de nombreuses polémiques inhérentes à l’impérialisme paroissial ont amené à procéder à des modifications de limites au profit de Woluwe-Saint-Lambert. Vers 1775, on constate que la rive droite de la Woluwe est presque entièrement passée sous sa tutelle.

Vers l’époque contemporaine

Les premières années de la domination française furent difficiles pour la paroisse qui resta sans pasteur de 1797 à 1803 et les curés de Woluwe-Saint-Etienne, Kraainem et Schaerbeek, prirent temporairement la relève. A partir de 1795, le territoire paroissial se confond avec celui de la commune de Woluwe-Saint-Lambert nouvellement créée. Cette situation perdurera jusqu’au début du XXe siècle. L’érection de la paroisse Saint-Henri en 1901 dans la partie ouest de Woluwe en consacre le morcellement. La division se poursuivra par la création des paroisses de Notre-Dame de l’Assomption au Kapelleveld en 1925 et de la Sainte-Famille à Roodebeek en 1930.

Une architecture séculaire

Selon Marc Villeirs, historien spécialisé en histoire locale, « l’église Saint-Lambert porte en elle la marque des différents agrandissements et transformations qu’elle a subis depuis son origine. Classés par arrêté royal en date du 27 avril 1942, les éléments les plus anciens, notamment la partie centrale de l’ancienne nef et la tour, remontent au XIIe siècle. Ces parties gardent quelques caractéristiques architecturales propres à l’époque romane comme la petite fenêtre et les ouïes de la tour.

Malheureusement le plan initial de l’église est perdu. Celle-ci n’ayant jamais fait l’objet de fouilles systématiques, on ne peut se borner qu’à en faire une reconstitution conjecturale. À l’instar de la phase originelle d’édifices semblables bâtis vers la même époque, telles les églises Saint-Lambert de Heverlee et Saint-Pierre de Bertem ainsi que la chapelle Sainte-Anne d’Auderghem, l’église aurait développé un plan basilical avec une tour de façade et une nef unique à trois ou quatre travées suivies d’un chœur à chevet plat.

La première figuration connue de l’église (1553) donnerait une image très schématique de ce plan: tour occidentale et nef à trois travées flanquée d’un porche d’entrée dans sa partie sud. Le chœur, lui, ne se voit pas.

[Le porche de l’église datant de la fin du XVIIème siècle]

 

L’église a été l’objet par la suite de transformations importantes : agrandissement de la nef et du chœur, adjonction de bas-côtés, construction d’une chapelle consacrée à Notre-Dame (qui aurait pu être selon certains la patronne primitive du sanctuaire), percement d’une porte dans la face sud de la tour. C’est sous cet aspect qu’elle nous apparaît en 1712.

[L’église Saint-Lambert en 1707-1712 telle qu’elle se présentait avant les transformations procédées par le curé Philippe van der Zypen. D’après un plan des propriétés de l’hôpital Saint-Jean à Woluwe-Saint-Lambert et Woluwe-Saint-Pierre – ©A.C.L., Bruxelles]

 

Quelques années plus tard (1725), elle est une nouvelle fois agrandie sous le pastorat de Philippe Van der Zypen. Nef et bas-côtés sont prolongés et réunis sous un même toit. La raison majeure de ces travaux résidait dans l’accroissement notoire de population qu’avaient connues nos régions, et en particulier Woluwe-Saint-Lambert, au cours du XVIIIe siècle.

Au milieu du XIXe siècle, le chœur est reconstruit et doté d’une décoration intérieure néogothique. En 1938, enfin, une nouvelle église de style néo roman, beaucoup plus vaste, est accolée à l’ancien édifice. Œuvre de l’architecte Guillaume-Chrétien Veraart (1872-1951), elle reflète par l’ampleur de ses dimensions l’image d’un petit village devenu partie intégrante d’une capitale européenne ». L’ensemble formé par la place du Sacré-Cœur est classé depuis 1984.

[L’église Saint-Lambert en 1831, gravure de Paul Vitzthumb, coll. Musée de Woluwe]

[L’église Saint-Lambert, v. 1910, carte postale, Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert]

 

La plus ancienne charpente en région bruxelloise

Fin 2009, le collège des bourgmestre et échevins de Woluwe-Saint-Lambert a autorisé l’étude archéologique de la charpente de l’église à la demande de la VUB et sous la houlette de la Cellule Archéologie du service des Monuments et site bruxellois.

Le service Patrimoine de la commune de Woluwe-Saint-Lambert relate qu’une analyse a été réalisée par le Laboratoire de dendrochronologie attaché au Centre européen d’Archéométrie de l’Université de Liège. Elle a montré que la période d’abattage des chênes est comprise entre 1195 et 1199. La mise en œuvre pour la construction de la charpente a vraisemblablement dû se faire peu de temps après.

A la lumière de ces résultats, la direction des Monuments a confirmé, en septembre 2011, que l’église Saint-Lambert possédait la plus vieille charpente connue, à ce jour, en région bruxelloise.

[La charpente de l’Eglise, entre 1195 et 1199 – © MRBC]

La restauration du mur de clôture et du Sacré-Cœur de Jésus

Initialement, le mur de clôture est constitué de pierres de grès silicieux (pierres de sable des carrières locales) et jointoyé à la chaux. De premières restaurations partielles avaient été effectuées avec un mortier à base de ciment mais elles n’ont pas résisté à la souplesse des maçonneries. Par ailleurs, des infiltrations dans ces pierres poreuses et des attaques acides ont engendré des dégradations. Enfin, l’humidité permanente et la pollution ont fortement noirci le mur. Certaines des pierres étaient complètement descellées ou colonisées, tantôt par des insectes, tantôt pas des végétaux.

[Photo du mur d’enceinte restauré –  mars 2011]

C’est pourquoi, au printemps 2011, des travaux de restauration, respectueux des matériaux d’origine (mortier à l’ancienne à base de chaux, utilisation d’agent bactéricide et fongicide écologiques), ont été menés. Ils ont permis au mur de retrouver l’aspect plus clair de la pierre de sable d’origine tout en assurant un maintien durable.

Le Sacré-Cœur de Jésus fut endommagé au niveau de ses bras et de ses mains. Le monument en pierre bleue présentait une inscription qui n’était pratiquement plus visible. Il a donc été décidé de procéder à la reconstitution des éléments de la statue et de redorer le creux des lettres sur le socle afin de redonner à l’ensemble son apparence d’antan.

[Le Sacré-Cœur, 16/01/2022]

[Eglise Saint-Lambert – Octobre 2019]

[Vue intérieure de l’église]

 

© Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert – Tous droits réservés

5 thoughts on “L’église Saint-Lambert à Woluwe”

  1. hallo Ik heb een oud foto album van S P Woluwe Foto van oud echtpaar, kinderen, zusters paters , kerken ,huizen enz. iemand belangstelling aub??

    1. Niet helemaal. Zoals we zeiden:
      « Tenslotte werd in 1938 een nieuwe, veel grotere kerk in neoromaanse stijl aan het oude gebouw toegevoegd. Ze is ontworpen door de architect Guillaume-Chrétien Veraart (1872-1951) en weerspiegelt in zijn omvang het beeld van een klein dorp dat deel is gaan uitmaken van een Europese hoofdstad. Het door het Heilig-Hartplein gevormde ensemble staat sinds 1984 op de monumentenlijst. »

Répondre à goossens els Annuler la réponse.