Lieux de culte et cimetières

L’église Sainte-Marie: un chantier monumental

C’est en 1828 que l’aménagement d’une voirie reliant la porte de Schaerbeek à la future place de la Reine est décidée. Elle est un des premiers prolongements de ce que l’on a appelé le « tracé royal » destiné à faire communiquer facilement le Palais de Bruxelles au Château de Laeken. Sur cette rue Royale extérieure, un espace est alors réservé à la construction d’un lieu de culte.

[Plan du terrain place de la Reine, extrait du livre de Louis VAN OVERSTRAETEN, Achitectonie des temples chrétiens, Malines, 1850, p. 180]

 

De la petite chapelle à l’église monumentale

En 1839, une chapelle est édifiée d’après les plans de l’architecte Jean-Pierre Cluysenaar (1811-1880). Mais elle s’avère rapidement insuffisante pour le quartier qui est alors en pleine expansion démographique et est peuplé de riches bourgeois qui y font construire des hôtels de maîtres.

En 1844, la fabrique d’église met sur pied un concours pour la construction d’une église grandiose. L’architecte choisi parmi les dix concurrents est le jeune Louis Van Overstraeten (1818-1849), originaire de Gand.

[Louis Van Overstraeten, lithographie – source Wikipedia]

 

La première pierre de la future église de style néo-byzantin est posée en 1846. L’architecte n’a malheureusement pas pu voir l’achèvement de son œuvre monumentale car il est emporté par le choléra en 1849. Dans un premier temps, c’est son beau-père Louis Roelandt (1786-1864) qui reprend les rênes du chantier, puis la supervision des travaux est confiée à l’architecte Gustave Hansotte (1827-1886).

Un gouffre financier

La construction de cet édifice ambitieux a évidemment connu quelques déboires financiers. Pour récolter des fonds, des tombolas et des concerts sont organisés. L’écrivain français Alexandre Dumas père, alors en exil à Bruxelles, met sa plume au service de la cause et salue les généreux dons qui ont été faits et qui doivent encore être fait pour concrétiser la « gigantesque idée » dans un article de L’Indépendance belge du 5 mars 1852.

[Église Sainte-Marie, cartes postales, Fonds iconographique, Archives communales de Schaerbeek]

[Église Sainte-Marie, carte postale, collection particulière]

[L’église Sainte-Marie, photo prise par le peintre Jules Ernest Cran (1876-1926) depuis sa maison du n°97 rue Dupont, années 20, collection particulière]

 

Un chantier de longue haleine

L’église est consacrée en 1853 mais il faut attendre encore plusieurs décennies de chantier pour qu’elle soit complètement achevée. Après le décès de Gustave Hansotte, ce sont les architectes François Thomisse et Alexandre Struyven qui procèdent à la réception définitive des travaux en 1888. Cependant l’aménagement intérieur doit encore être réalisé, notamment l’installation de vitraux dus aux maîtres verriers schaerbeekois Jean-Baptiste et Jules-Adrien Capronnier, ainsi qu’à François Comère. L’église est officiellement achevée en 1908.

[Église Sainte-Marie, dessinateur: Henri Cassiers, extrait du Globe illustré du 28 novembre 1886, Fonds iconographique, Archives communales de Schaerbeek]

[Intérieur de l’église, photo, Fonds iconographique, Archives communales de Schaerbeek]

[La chaire de vérité, sculpteurs: De Maertelaere père et fils, photo, Fonds iconographique, Archives communales de Schaerbeek]

[Vitraux – photo: Inventaire du patrimoine architectural de Bruxelles]

 

Par son caractère imposant et solennel, cet édifice religieux a été le témoin de plusieurs évènements importants, comme les funérailles des résistants Gabrielle Petit, Mathieu Bodson et Aimé Smekens le 29 mai 1919, et celles du compositeur italien Giacomo Puccini en 1924.

[Funérailles du compositeur Giacomo Puccini, extrait du Patriote illustré du 7 décembre 1924]

[Panorama de Schaerbeek, peintre: Victor Cauchie, 1920, Collection artistique communale]

 

Les restaurations

Immédiatement après l’achèvement de l’église, débute une longue suite de restaurations dues à des dégradations rapides causées par l’humidité. En 1963, face au danger, le haut de la tour du clocher accolée au chevet de l’église est démonté. En 1965, l’église est fermée au public. Trois ans plus tard, un gros projet de restauration est mis en place, mais les travaux ne débutent qu’en 1982 après que les autorités aient hésitées à procéder à la destruction complète de l’église. Une ASBL s’était alors constituée pour obtenir le classement comme monument historique, ce qui est chose faite par un arrêté royal du 9 novembre 1976. Le bâtiment, ainsi que ses abords, sont définitivement classés en 1983. Pendant le chantier de restauration, la coupole et les toitures sont victimes d’un incendie en 1985, ce qui retarde un peu plus les travaux. L’église n’est finalement rouverte au public qu’en 1996.

[Le clocher de l’église Sainte-Marie, extrait du livre de Louis VAN OVERSTRAETEN, Achitectonie des temples chrétiens, Malines, 1850, p. 186]
[L’église Sainte-Marie, photos, Fonds iconographique, Archives communales de Schaerbeek]

 

L’église en quelques chiffres

Cet édifice monumental présente un plan octogonal. Voici comment Louis Van Overstraeten le décrit dans son ouvrage Architectonie des temples chrétiens:

« D’abord comme plan, je parvins à utiliser la superficie du terrain entier, en y inscrivant un octogone, précédé d’un triple porche, environné dans sa partie centrale de bas-côtés et d’exèdres, et prolongé vers le chevet sur la largeur du terrain, par le choeur, la tour et les autres bâtiments de service ».

[Plan de sol de l’église, extrait du livre de Louis VAN OVERSTRAETEN, Achitectonie des temples chrétiens, Malines, 1850, p. 182]

 

La coupole à la toiture de cuivre constellée d’étoiles, culmine à 60 mètres et la tour qui flanque le bâtiment principal s’élevait, avant amputation de son sommet, à 38 mètres. Le porche principal, surmonté d’une mosaïque avec la figure de la Vierge, mesure 20 mètres de large et l’église a une longueur totale de 76 mètres.

[Plans de l’église (copies), architectes: Louis Van Overstraeten et Gustave Hansotte, Fonds Travaux publics, Archives communales de Schaerbeek]

[Vue de l’église et de la rue Royale Sainte-Marie, photo, sd, Fonds iconographique, Archives communales de Schaerbeek]

 

Bibilographie

  • Inventaire du patrimoine architectural : https://monument.heritage.brussels/fr/buildings/22993
  • Léon VERREYDT, Si Schaerbeek m’était conté, Bruxelles, 1999, pp. 65-69.
  • DE SAEGHER et E. BARTHOLEYNS, Histoire populaire de Schaerbeek, Schaerbeek, Henri Mommens, 1887.
  • Louis VAN OVERSTRAETEN, Architectonie des temples chrétiens, Malines, 1850.

© Archives communales de Schaerbeek – Tous droits réservés

 

 

Laisser un commentaire