Commune d’Ixelles

Historique

Le nom d’Ixelles (en néerlandais Elsene) est dérivé de Elsele, c’est-à-dire « demeure des aulnes », un arbre qui était jadis très présent dans la commune et que l’on trouve toujours dans les environs des étangs d’Ixelles.  Ixelles est mentionnée pour la première fois en 1201 : le duc Henri Ier de Brabant cite alors un village situé au niveau de l’actuelle place Flagey. Plus tard, ce village sera connu comme Ixelles-Bas. À la fin du XIXe siècle, Ixelles-Haut voit le jour aux environs de la Porte de Namur.

En 1795, sous le régime français, Ixelles-Bas, Ixelles-Haut, Boondael, sont fusionnées pour former une seule commune. Celle-ci a donc un territoire en plusieurs parties non attenantes. À l’époque, Ixelles, qui avait seulement  2000 habitants, était sous  la juridiction du canton d’Uccle. En 1800, Ixelles devient une commune autonome avec son propre bourgmestre. Au XIXe siècle, l’activité économique est axée sur l’agriculture et la brasserie. Au cours des XIXe et XXe siècles, Ixelles perd une grande partie de son territoire (cession de quartier à la Ville de Bruxelles). La commune s’étend sur 6,34 km2 contre 9,38 km2 au XIX e siècle.

Collections

Les archives de la commune d’Ixelles sont très volumineuses. Les principales séries sont :

  • Procès-verbaux du conseil communal depuis 1819
  • Procès-verbaux du collège des bourgmestre et échevins depuis 1837
  • Bulletin d’information communal (1872-2008)
  • Agenda de la correspondance depuis 1918
  • Ordres de service depuis 1903
  • Procès depuis 1850
  • Documents concernant l’administration (1802-1890)
  • Registres de la population depuis 1846
  • Etat civil: actes de naissance (1796-1920), actes de décès (1800-1920), actes de mariage (1796-1920)
  • Registres paroissiaux: actes de naissance (1630-1813), actes de décès (1780-1813), actes de mariage (1643-1813)
  • Documents concernant le cimetière (1884-1962)
  • Dossiers du personnel
  • Enseignement public (1883-1986)
  • Affaires juridiques
  • Impôts
  • Urbanisme
  • Travaux publics (le document le plus ancien a trait à l’achat de la maison communale en 1849)
  • Aménagement du territoire
  • Dossiers relatifs au commerce
  • Dossiers relatifs à des entreprises liquidées (1871-1960)
  • Fonds Première Guerre mondiale (1914-1930)
  • Plans
  • Fonds iconographique
  • Presse (1855-1969)

En outre, il y a des archives ecclésiastiques :

  • Archives de l’église Sainte-Croix (1850-1981)
  • Archives de l’église Sainte-Trinité (1886-1984)
  • Archives de l’église paroissiale Saint-Antoine de Padoue (1901-1984)

Il y a aussi des fonds privés des producteurs d’archives suivants :

  • Camille Lemonnier (1864-1936), auteur originaire d’Ixelles
  • Association libérale d’Ixelles (1945-1954)
  • Auguste Deprez, archives du caporal, ensuite sous-lieutenant du 10e régiment de ligne (1914-1919)
  • Michel Hainaut, archives du secrétaire du cercle d’histoire locale d’Ixelles (1811-2011)
  • Michel Hugues, album avec des photos sur l’évolution de la commune d’Ixelles
  • Jacques Dubreucq, archives de l’historien amateur
  • Albert Guyaux, archives sur les Première et Seconde guerres mondiales
  • Louis Warzee, archives concernant l’enseignement à Ixelles au XIXe
  • Charles Janssens, archives de l’ancien bourgmestre d’Ixelles

Gestion, conservation et numérisation des archives de la commune

Le service des archives a été créé en 1995. Actuellement, il dispose de cinq collaborateurs. Depuis 2004, les archives sont conservées dans un seul dépôt à la maison communale d’Ixelles, équipé de  rayonnages mobiles. Auparavant, les archives étaient conservées à divers endroits à la commune. Le dépôt de la commune conserve 1900 ml d’archives statiques et semi-dynamiques. Tout comme dans la plupart des autres services d’archives des communes, le fonds du service de l’urbanisme est le plus volumineux : il comprend au total 400 ml d’archives.

Contrairement à la plupart des autres communes, Ixelles dispose d’une salle de lecture pour les archives de l’urbanisme. En 2019, 1932 visiteurs ont consulté ces archives. Les chercheurs et les étudiants peuvent aussi consulter des archives sur rendez-vous. En 2019, 45 personnes ont fait appel à ce service.

Pour plusieurs fonds, le service a rédigé des inventaires qui peuvent être consultés sur place ou électroniquement via e-mail. Des bases de données ont été élaborées tant pour l’urbanisme que pour les services du personnel et du commerce. Actuellement, 15.300 permis d’urbanisme ont été enregistrés dans la base de données du service de l’urbanisme. Les bases de données servent à l’enregistrement des documents, à l’identification de leur lieu de conservation et au contrôle des prêts. Les bases de données ne sont pas accessibles au public et sont destinées uniquement à un usage interne.

Documentation et archives diverses

Les archives de l’abbaye de La Cambre sont conservées aux Archives de l’Etat à Bruxelles, archives ecclésiastiques, n°5566-5883. Une partie des archives de l’église Sainte-Croix d’Ixelles (1744-1894) sont également conservées aux Archives de l’Etat à Bruxelles, archives ecclésiastiques, n°22.794-22.832.

Les archives de la justice de paix, du tribunal de police et du conseil prud’homal  d’Ixelles sont également conservées aux Archives de l’Etat à Bruxelles.

Informations supplémentaires

  • Adresse: Chaussée d’Ixelles 68 – 1050 Bruxelles
  • Téléphone: 02/515.61.34
  • Mail: archives@ixelles.brussels
  • Site internet: lien

 

Archives de l’Etat © Tous droits réservés