Vie scolaire

La Roseraie, un havre de paix pour les enfants saint-gillois

En 1938, l’école saint-gilloise La Roseraie est inaugurée au n°1299 de la chaussée d’Alsemberg à Uccle. Cette école de plein air destinée aux enfants de santé fragile et fondée à la demande de l’échevin Louis Coenen a tout pour émerveiller. Tout est mis en œuvre pour prendre soin de la santé des enfants, condition sine qua non à leur développement intégral. Le suivi médical est constant et l’éducation physique assortie de jeux d’orientation à l’air libre revêtent une importance prépondérante dans la formation des élèves. Trois classes gardiennes et trois classes primaires occupent le rez-de-chaussée et le premier étage de l’immeuble dans des locaux lumineux et aérés. Elles font face à des pelouses gazonnées, un parc de sable, un bosquet, une plaine pour tout-petits et un bassin pédiluve de 30 mètres.

Cette plaine de jeux reçoit non seulement les enfants de faible constitution mais aussi les enfants des écoles communales qui viennent se défouler dans ce cadre bucolique pendant les vacances scolaires.

[Inauguration de la Roseraie, le 19 juin 1938. Archives communales de Saint-Gilles, collection iconographique.]

 

[Visite de M. François Bovesse, Ministre de l’Instruction publique, le 25 juin 1935. Archives communales de Saint-Gilles, collection iconographique.]

 

Les bénéficiaires d’un séjour à La Roseraie sont désignés par les médecins du service d’inspection hygiénique et médicale scolaire chargé d’en déterminer la durée. Celle-ci n’excède jamais trois mois. Passé ce délai, les élèves réintègrent les écoles de leur quartier.

La réalisation de ce projet ambitieux nécessite sans doute un retour dans le temps pour se rappeler les étapes successives de la création de La Roseraie. La santé des enfants a toujours été au cœur des préoccupations de la Commune mais la création d’une plaine de jeux sur un territoire fortement urbanisé s’annonce difficile à Saint-Gilles. Une première tentative voit le jour en 1920 avec une plaine de jeux établie dans la rue Henri Wafelaerts. Ce terrain spacieux sera agrandi avec le chemin de ronde de la prison mis généreusement à disposition par le ministre de la Justice. Mais ce quartier est en pleine expansion et l’espace libre va rapidement faire défaut.

La Commune fait alors l’acquisition d’une vaste parcelle située dans la rue Gatti de Gamond à Uccle. Des baraquements y seront édifiés et les élèves des classes primaires y fréquenteront les cours pendant neuf années. Les tout-petits, quant à eux, bénéficient d’une plaine sur une colline dominant la gare d’Uccle-Calvoet, « La Sablonnière ».

 

[Le bourgmestre Jacques Vranckx à La Roseraie, août 1973. Archives communales de Saint-Gilles, collection iconographique.]

 

En 1926, l’Administration installe un premier jardin d’enfants de plein air ouvert toute l’année sur un terrain appartenant à la Commission d’assistance publique de Bruxelles. Suite à un arrêté d’expropriation, la plaine de la rue Gatti de Gamond doit être partiellement abandonnée et le jardin d’enfants de plein air doit accueillir à la fois les classes gardiennes et les élèves des cours primaires de vacances. Le nombre insuffisant de locaux et la réduction progressive du terrain originel vont amener la Commune à chercher une autre alternative.

A cette époque, elle loue un vaste enclos à un pépiniériste dont le bail arrive à terme. Elle peut ainsi envisager l’occupation du terrain lui appartenant.

Les efforts de l’Administration communale et l’intervention pécuniaire des pouvoirs supérieurs permettront la construction d’une nouvelle école, La Roseraie. Ce nom emprunté à l’ancienne pépinière sera conservé en hommage à « la jeunesse avide de puiser au grand air la force de son corps et la joie de vivre ».[1]

 

[Vues de La Roseraie, s.d. Archives communales de Saint-Gilles, collection iconographique.]

 

[1] Bulletin mensuel Le Clairon, 37e année, -n°4, juillet 1938

Journal périodique du parti ouvrier saint-gillois L’Effort Socialiste, 18e année, mai 1938

 

© Archives communales de Saint-Gilles

Laisser un commentaire